Bienvenue à l'Atelier de ANDREA LEONELLI

CORPS MULTIPLE :

une rencontre pluridisciplinaire artistique
aux Bains Municipaux de Strasbourg en juin 2006,
organisée par l'association "Rodéo d'Ame"
Performances, expositions et débat philosophico-artistique.
.

Participants : Andréa Leonelli-peintures,

Corps qui danse, corps qui crie,
Corps qui dit sa différence,
Perspective d'une normalité jamais atteinte,
AL TÉ RI TÉ
Hideux tourment de celui qui se sent malade,
De n'être pas parfait,
Fragments et coupures,
IN TÉ GRI TÉ
Pense à panser tes plaies,
Ça dégouline de partout,
Les larmes, la sueur, la sève de ton être,
Festin symbolique et maîtrise du paraître,
A NO RÉ XIE
Le corps instrument devient torture de l'âme,
Monstre incarné, chair fantasmée,
Le corps va mal en dedans
DÉ SAR TI CU LÉ
Et sinon ?
Pense à regarder celui qui vient vers toi…

Andréa Leonelli, 2006.

Olivia Benveniste-dessin, Etienne Gendrin-dessin,
Alexandra Vukovic-
photographie, Daniel Cassel-débat philo,
Joël Curtz-
performance, Younes Baba-Ali-vidéo,
Baptiste Cogitore-
photographie, Claire Audhuy-art scénique,
Pierre Lambla-
performance.


Article des DNA (PDF)
Affiche de la rencontre (PDF)

Un livre-évènement retraçant la rencontre est sorti au printemps 2007.
Il est disponible à la "Librairie "Quai des Brumes"
à Strasbourg ( Grand' Rue ).

Accéder au site corpsmultiple.fr
contacter l'association Rodéo d'Ame


Des murmures, des corps se frôlent à l'entrée des Bains,
des étoffes se froissent, légères, c'est l'été, il fait chaud. Ça commence.
Ce 24 juin au soir, voit se rencontrer des gens, des inconnus qui se regardent, des amis qui se rejoignent, le vous qui devient tu. Dans la valse des gens qui vont et viennent, d'une salle à l'autre, d'une cabine de douche à un hall à colonnades, les yeux voient, les mains sentent, les oreilles se tendent, le corps est mis à contribution, il expérimente. On se retrouve unis dans un même regard, à contempler là une rêveuse dans son cerceau, ici un film délicat et pudique, et dans un même élan, nous sommes invités à interroger, pénétrer la sphère intime, où parfois, la rencontre se fait.
On apprend autant sur soi en participant, en expérimentant, qu'en prenant conscience de ce qu'on ne peut pas ou ne veut pas expérimenter. J'ai personnellement testé la demi sphère, rencontré l'aimable personne qui l'habitait le temps d'une soirée. Ce n'était pas une posture, une intervention, c'était une vrai personne capable d'accueillir l'autre, mais aussi de garder ses distances si le besoin s'en ressentait. Car finalement passée le premier obstacle, fait ici de toile et de bois, il reste toujours une frontière, fine pellicule ou infranchissable carapace, qui nous colle à la peau pour toujours et nous protège de l'extérieur. C'est rassurant d'une certaine manière, car on a un peu peur de déranger au début, c'est délicat de s'imposer à l'autre, mais c'est sans compter sur la capacité de chacun à réagir, malgré le rôle, passée la sphère symbolique on ne rencontre vraiment quelqu'un que dans la réciprocité. Ouf !
Une autre sphère a marqué mon souvenir - peut-être erroné - une ''poche '' rose et douce, une fente pour y pénétrer, un placenta géant, mais je n'ai plus depuis longtemps le fantasme de retourner dans le ventre de ma mère. Je suis mieux dehors que dedans, voilà une rencontre qui ne s'est pas faite.
Et puis il y eu les cris, les poings cognés sur la poitrine, les mouvements brusques d'une robe qu' on soulève. Restent les images rapides, entrechoquées et perçantes de Corps Encore. Et je me souviens de la toute dernière performance, la révolte d'un corps différent, mais je me souviens surtout et pour longtemps du sourire radieux d'Ishram, quelle belle conclusion pour cette rencontre.

Andréa Leonelli, octobre 2006.

Corps multiple
ART'OTECK
Contacter Andréa LEONELLI

Carnet de rencontre :
10 artistes / 10 livrets (extraits)

 

 

 

 

 

2005-2006 ATELIER CARLEO
Le contenu de ce site est protégé par les lois internationales sur le droit d'auteur et la protection de la propriété intellectuelle.
Il est strictement interdit de le reproduire, dans sa forme ou son contenu, totalement ou partiellement sans un accord écrit des auteurs.